Mieux vieillir avec la Sophrologie

                                "Etre vieux, c'est être jeune depuis plus longtemps que les autres"  

                                                                                                                   Philippe Geluck

Véritable bouleversement pour certains, aboutissement pour d’autres, remises en question et craintes quant à leur devenir, le troisième âge est bien souvent une source de questionnements.  Avec l’espérance de vie qui a fortement augmenté, l’approche de la vieillesse n’est plus vécue de la même manière qu’auparavant et la prise en charge est loin d’être acquise pour les personnes les plus âgées, souvent isolées et/ou institutionnalisées.  Le regard que nous portons sur notre âge varie tellement d’une personne à une autre en fonction de ce que nous traversons dans la vie, de notre environnement, de notre biologie.    Mais prendre de l’âge, c’est aussi l’opportunité de poser un autre regard sur le monde et d’acquérir une certaine sagesse face au temps qui passe inexorablement.

Certains jeunes se sentent déjà vieux alors que certains « vieux » se lancent dans une deuxième vie à l’âge de la retraite pour réaliser leurs rêves : vivre une passion, pratiquer une nouvelle activité, voyager, faire le tour du monde, effectuer tout ce qu’ils n’ont pas pu faire durant la première partie de leur vie avant le quatrième âge, avant qu’il ne soit trop tard...

Le vieillissement n’est pas une maladie. De même que la sagesse n’attend pas le nombre des années, notre corps commence à vieillir dans la jeunesse et la prévoyance demande à ce que nous préparions assez tôt cette période. Le vieillissement est ontogénétique, génétique, inscrit dans nos cellules, et il continue à se réaliser tout au long de notre vie même si nous cultivons naturellement cette volonté de conserver encore longtemps un corps sain et une apparence « qui fait jeune » en mettant en place un certain nombre de stratégies pour en ralentir  les effets au niveau cellulaire (activités physiques et intellectuelles, voire artistiques, pratiques de bien être interne et externe, attitude positive, changement d’habitudes, nutrition, lutte contre le stress oxydatif etc). L’avancée en âge nous fragilise non seulement sur le plan physique mais aussi sur le plan psychologique et émotionnel.

Place de la sophrologie en gérontologie (*)

La sophrologie est une aide précieuse à tout âge et un formidable outil d’accompagnement pour les personnes âgées.  Elle permet de mieux nous connaître, d’être à l’écoute de notre corps, de nos besoins, de nous affirmer, d’accueillir et de comprendre les changements des différents cycles de la vie qui s’opèrent en nous. C’est une invitation au « mieux vivre » et  à la prévention de ces phénomènes inéluctables liés à l’avancée en âge pour conserver notre positivité, notre joie de vivre, notre âme d’enfant capable de s’émerveiller, de rire, de danser, de chanter, de raconter ...

 

La pratique régulière de la sophrologie nous permet de participer de façon active à notre maintien en forme physique et psychique, au maintien de nos facultés cognitives et ce dans une démarche d’accueil et d’acception en renforçant nos tissus (peau, muscles, os), nos organes et nos cellules, en renforçant nos capacités et nos valeurs existentielles.  

La sophrologie aide les personnes âgées non seulement à se détendre, à évacuer les tensions, les pensées négatives, elle aussi va leur apprendre, qu’elles soient autonomes ou,  à recréer du lien et à diminuer l’angoisse de la perception de la finitude. La respiration abdominale leur permet pas seulement de survivre (elles respirent souvent mal) mais de mieux vivre, de stimuler leur capacité à méditer,  à mieux vivre leurs émotions, à positiver,  à se reconnecter à leur Etre profond et  redonner de la brillance à leur vie. En stimulant son énergie vitale, la personne se sent vivante. Le (la) sophrologue, dans ce champs spécifique, adapte ses  techniques   pour accompagner au mieux les personnes en tenant compte des possibilités de chacune, de leur évolution propre dans ce processus de l’avancée en âge et aussi de se laisser surprendre, de stimuler sa part de créativité..

 

Le (la) sophrologue travaille sur l’équilibre, les postures, le renforcement musculaire et sur la sensorialité en évoquant le toucher d’un tissu ou d’un objet, le câlin d’un enfant ou d’un animal domestique, l’écoute d’une musique, d’un son de l’environnement, la saveur d’un plat, l’odeur d’un parfum familier. La sophrologie fait appel à sa mémoire, à son imagination, à ses canaux sensoriels pour évoquer une image douce et bienfaisante du passé,   raviver un souvenir agréable d’un passé parfois lointain, susciter un sourire, redonner confiance, valoriser.     J’ai travaillé en EPADH et je sais à quel point ces personnes ont besoin de présence, de respect, de bonté et de soutien.  Elles savent écouter, raconter avec les yeux qui pétillent des instants de bonheur simple vécus au contact de leurs êtres chers, jadis,    et bien que leurs paupières soient en alternance baissées et levées, bien que leur esprit soit parfois un peu ailleurs, elles apprécient ce moment de paix et attendent souvent avec  plaisir leur séance de sophrologie.     

La sophrologie est un merveilleux outil pour renforcer les appuis internes d’une personne, muscler l’Etre de l’intérieur» (Bernard Barel),  elle protéger notre santé et faire briller notre diamant intérieur.

En activant l’ensemble les capacités de l’Etre, « la sophrologie révèle chaque personne à sa  propre existence, à sa propre conscience, à son propre devenir » (B. Bienvenu Blouet)  et à une existence empreinte de dignité humaine.      

*La gérontologie est la science qui étudie l’évolution de l’être vivant dans le temps, c’est-à-dire le vieillement dans tous ses aspects : biomédical, socio-économique, culturel, démographique alors que la gériatrie est la spécialité médicale qui s’occupe de l’état de santé et des maladies des personnes âgées. Statistiquement, c’est à 85 ans en moyenne que les personnes font leur arrivée dans les institution gériatriques mais nous ne sommes pas tous égaux face au phénomène du vieillissement.   .

Bernard Barel : Psychomotricien, Psychologue, Sophrologue et Directeur de l'Académie de sophrologie caycédienne de Paris, Praticien en Hypnose éricksonienne et en PNL

Béatrice Bienvenu Blouet : Psychologue, Sophrologue caycédienne et formatrice à 

l'Académie de sophrologie de Paris, Instructrice en Méditation Pleine Conscience  (MBCT)